Energie durable et procès de l’Erika

La semaine européenne de l’énergie durable vient de s’achever et aujourd’hui la cour d’appel de Paris confirme la responsabilité des acteurs de la chaine de transport dans le procès de l’Erika.

J’ai noté qu’au cours de cette semaine plusieurs interventions concernant le développement durable.

« Décarboniser notre énergie », c’est le mot d’ordre de la semaine européenne de l’énergie durable. Cette semaine, qui avait pour objectif de promouvoir l’économie verte, est une initiative, lancée en 2005 par la Commission européenne, visant à soutenir les objectifs de l’Union européenne dans les domaines des sources d’énergie renouvelables, de l’efficacité énergétique et des transports. Près de 90 événements ont été organisés à Bruxelles et quelque 270 journées de l’énergie se sont déroulées dans 28 pays européens.

Parallèlement, le rapport final du Commissariat général au développement durable intitulé « Les filières industrielles stratégiques de l’économie verte » porte sur 18 filières stratégiques. Parmi elles, les biocarburants de deuxième et troisième génération, les véhicules décarbonés, les énergies marines, l’éolien offshore, les bâtiments à faible impact environnemental, le captage, stockage et la valorisation du CO2, et le recyclage et la valorisation des déchets sont les sept « filières stratégiques de la croissance verte dans lesquelles « la France peut jouer un rôle » et se positionner « parmi les leaders mondiaux ».

La 3eme édition du Salon planète durable qui s’est déroulé du 25 au 28 mars 2010 Porte de Versailles à Paris et a proposé des débats, animations, conférences autour du développement durable… mais aussi des solutions concrètes et plaisantes afin d’adopter dès aujourd’hui un style de vie plus vertueux.

Le Haut Comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire vient de publier sont rapport annuel d’activité. Ce dernier a vocation à offrir une vision synthétique de l’ensemble des travaux menés par le Haut comité depuis son installation et qui se sont notamment concrétisés par de nombreuses recommandations. Henri REVOL, président du Haut comité, a déclaré : « Au vu de ce premier bilan, je juge très positivement l’appropriation des recommandations du Haut comité par les parties prenantes concernées (exploitants d’installations nucléaires, administrations….). La mise en œuvre de ces recommandations participe à l’amélioration de l’information et de la transparence au bénéfice de nos concitoyens. Mon ambition est d’entretenir cette dynamique qui, grâce aux travaux du Haut comité, place l’ensemble les acteurs de la filière nucléaire dans une démarche de progrès permanent en matière d’information et de transparence ».

La Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution (FCD) et le ministère du Développement durable ont dressé le bilan de la convention d’engagement signé dans le cadre du Grenelle, il y a 2 ans. Cette convention a un double objectif : promouvoir une offre de produits plus respectueux de l’environnement et assurer une gestion durable des activités.

Dans le procès de l’Erika, la cour d’appel de Paris vient de retenir la responsabilité pénale des acteurs de la chaîne du transport maritime. Elle précise ainsi le préjudice écologique en lui donnant une définition extensive. Total a commis « une faute d’imprudence en relation de causalité avec le naufrage ».

Parlons en……..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *