Traffic aérien… Face à la nature la technologie reste fragile

Depuis 4 jours les avions, en Europe sont cloués au sol.

Pourquoi ? de la faute d’un volcan en Islande qui s’est reveillé. Ce volcan projette dans l’air des particules, le vent transportant les particules sur l’Europe.
Tout le traffic aérien en Europe est interrompu, si un avion traverse un nuage de particules, les réacteurs et le fusage peuvent subir des dommages importants.

Cet hiver, il a fait froid, très froid… Suffisament pour que les TGV qui passent par le tunnel sous la manche soient en panne, et le traffic interrompu plusieurs jours.

Au delà de la polémique du jour sur le principe de précaution, on se rend compte que la nature est imprévisible.

La société humaine évolue au travers de sa technologie dans le but de mieux maitriser son environnement, (maitrise de l’air pour les avions, maitrise de son espace, etc…). Cette maitrise apporte objectivement à l’homme plus de confort, plus de sécurité, plus de contrôle. Or au delà de la prise en compte de la question de développement durable se pose également celle du progrès technologique qu’il faut intégrer. Je trouve que des événements comme ceux d’aujourd’hui nous rappellent que notre technologie reste très fragile face à la nature.

Et je relis, le roman de Barjavel « Ravage » où un incendie incontrolable détruit toute la technologie humaine. Il ne s’agit pas pour moi, ici, de faire du catastrophisme, car je pense que le progrès technologie est essentiel à l’évolution humaine, mais je m’interroge ici, sur la façon dont les hommes envisagent le rapport entre technologie et nature.

J’aime le désert ? Pourquoi ? Je m’y sens tout petit et immense à la fois…
Petit ? car s’il m’arrive la moindre chose je peux être en danger mortel. Immense ? car je suis une parcelle
de vie dans un environnement hostile.

Maitriser son espace par la technologie, est-ce maitriser sa destinée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *