La République pour réguler l’économie

,

La constitution est le reflet des valeurs que nous défendons en France. Qu’en est-il aujourd’hui, au regard du contexte économique et social ? La France a connu une révolution en 1945. En effet, le législateur a introduit dans l’article 1 de la constitution les termes de « République laïque et sociale ». C’était impensable, précédemment, dans une troisième République libérale. En 1945, les forces politiques introduisent le contrôle de l’économie afin de réparer les inégalités. Le champ de la République s’élargit, ainsi, à l’économie et au social.

L’Etat va être le garant de la cohésion sociale et crée la protection sociale. Il oriente l’économie au travers du plan, participe aux régulations en matière d’emploi notamment par l’instauration du SMIG.

Cette place de l’Etat, validée par la constitution française, fait consensus de 1945 à 1975. Ce consensus va être remis en cause en 1974 face à la multiplication des crises provoquées par la raréfaction des matières premières. Puis en 1989, par l’affaiblissement du bloc de l’Est et la chute du mur de Berlin. La mondialisation s’engage à cette époque.

En France, l’esprit d’initiative que représente l’entreprise ne fonctionne plus, les investissements s’orientant peu à peu vers les produits financiers. Ainsi la spéculation boursière va se déconnecter de l’appareil de production.

Dans ce contexte, qu’apporte comme réponse la 5ème République ? Le passage au quinquennat pour le mandat du Président de la République et l’organisation de l’élection présidentielle avant celle des législatives, amenant l’hyper-présidentialisation de la République.

Ce mode de gouvernance qui repose sur la rapidité de réaction, qui peut être un avantage, modifie considérablement le travail du gouvernement et des assemblées parlementaires.

Aujourd’hui, les textes législatifs sont votés pratiquement tous en urgence et les parlementaires ne jouent plus leur rôle. Le débat démocratique est réduit à sa plus simple expression. Ainsi sur 49 lois votées en 2009, seulement 2 disposent aujourd’hui de tous leurs textes d’application…

Le politique semble pris dans une spirale et aucun temps n’est laissé à la prise de recul afin de percevoir les réels enjeux de notre République. La spéculation domine les échanges et le monde. La durée de vie d’une action boursière est de 6 à 8 mois en occident. L’Etat ne joue plus son rôle définit dans la constitution.

La politique se préoccupe d’un monde qui n’existe plus. Les politiques et les citoyens ne semblent pas se saisir de cette problématique qui est au cœur des enjeux de notre société afin de canaliser le dynamisme du capitalisme. S’engager dans cette voie redonnerait de l’optimisme et favoriserait la confiance des français vis à vis du pouvoir politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *