Justice et République

Depuis plusieurs jours nous suivons sur nos écrans le fonctionnement d’un système judiciaire qui interdit de faire valoir sa défense. Dans un même temps, des chefs d’accusation sont exposés et exploités à outrance. Les médias reprennent en boucle les arguments proposés.

La présumée victime mérite plus d’attention. Le viol est un crime. C’est indiscutable. Il doit être puni.

La présomption d’innocence n’est pas discutable, elle doit être protégée. Actuellement, Je la trouve mise à mal. Le système judiciaire américain et l’action des médias en se cumulant ne la respectent pas.
Dans la tradition républicaine française décrite dans mon livre « Et pour que Marianne chante à nouveau », tous les débats, toutes les accusations sont contradictoires. La justice l’organise. Chacun bénéficie du droit de faire valoir ses arguments.
On constate un véritable lynchage médiatique. Une mise en scène organisée montrant une image particulièrement dégradante de la personne : la sortie du tribunal, menotté dans le dos, visage défait après 20 heures de garde à vue, etc.. Je pense que c’est intolérable, au regard de la tradition républicaine française.

Sur les faits reprochés, DSK et sa défense n’ont pas encore eu communication des pièces à charge et des preuves qui seraient produites. Pourtant ils sont d’une extrême gravité. Cet homme et cette femme doivent être préservés jusqu’au verdict rendu par la justice, sans chercher à nuire au préalable, ni à l’un, ni à l’autre.

Aucune certitude ne peut être raisonnablement avancée, nous nous trouvons dans un jeu médiatique où chacun donne son avis, son commentaire. Dans ce tourbillon, nous oublions que la justice est aussi une affaire de respect des droits de la personne humaine pour toutes personnes concernées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *