Ibrahim Sorel Keita, Président de Banlieue Diversité Médias TV, Président d’association

 

Gilles Le Bail pose la nécessité de défendre des valeurs républicaines. La diversité y apparait comme une chance et une richesse. Elle peut s’exprimer par la promotion du pacte républicain. Dans son livre « Et pour que Marianne chante à nouveau » on comprend que les jeunes sont créateurs, innovants, ils ne souhaitent qu’une chose… avoir leur chance de construire pour tous et avec tous.

Biographie

A un journaliste qui admiratif devant ses actions et sa boulimie lui demandait : « Au fond, qui êtes-vous monsieur Sorel Keita ? » Il répondit : « je ne suis qu’un grain de terre qui chaque jour s’efforce de devenir un homme. » Réponse surprenante qui souligne la profondeur et la modestie du personnage. Un livre ne suffirait pas à présenter Ibrahim Sorel Keita, tant le personnage est débordant d’énergie, d’initiatives et d’actions. Jugez-en vous-même…..

Ibrahim Sorel Keita est professeur de droit à l’Institut de recherche et de formation à l’Action Sociale de l’Essonne, L’IRFASE.
Il est par ailleurs écrivain et journaliste consultant en stratégie de communication. Véritable mastodonte du monde associatif, c ‘est dans ce domaine qu’il excelle. Après avoir fondé à  20ans le cercle Nelson Mandela (mouvement étudiant luttant contre l’apartheid), il rejoint SOS racisme en 1988. Il intègre ensuite l’ACTOG et l’association Panafrica pour concrétiser son attachement à la Guinée et son crédo panafricaniste. Les années 90 prolongent son engagement social et son action pour la promotion culturelle et le développement de l’Afrique. 1990, c’est aussi la période où jeune professeur à la FAC de Villetaneuse, il préfère étoffer son expérience professionnelle plutôt que de répondre aux sollicitations politiques.

Enseignant-chercheur, il se bat pour l’intégration des étudiants étrangers en France. Après une brève expérience d’un an comme directeur-fondateur du journal Négropolis, il fonde le Club de la presse Africaine avec Ramatou Keita et Antoine Glaser et la Coordination des artistes et écrivains noirs avec son ami l’illustre comédien Adama Kouyaté, fer de lance du combat des sans-papiers de l’Eglise Saint-Bernard. Il anime des ateliers d’écriture et de mobilisation citoyenne dans les quartiers difficiles, publie le recueil « Banlieue Rapsodie » vendu à plus de 10 000 exemplaires, prouesse rare pour un livre de poésie salué par le réalisateur noir américain Spike Lee.

En 1997, il est membre fondateur de la Coordination des Associations guinéennes de France. Cette année voit la création de l’une des associations dont il est le plus fier : Banlieues du monde, dont le but est de promouvoir la solidarité internationale et l’insertion des jeunes.
En 1998, il participe à la commémoration du 150ème anniversaire  de l’abolition de l’esclavage et à la Grande marche de la place de la République avec Yannick Noah, Greg Germain et d’autres…
L’année suivante il dirige la mobilisation d’un millier de jeunes des quartiers pour nettoyer les plages de Vendée et de Loire atlantique suite à la catastrophe de l’ERIKA. L’entrée dans le troisième millénaire, confirme le saut qualitatif de ses actions.
Il est élu à la tête de SFM-AD une des principales associations de formation et d’insertion de Seine-Saint-Denis.
Avec l’ACTOG, Sorel Keita participe au programme TOKTEN du PNUD qui lui permet d’apporter une assistante technique, et d’enseigner régulièrement à l’université de Conakry et de Kankan.

Il est responsable  de la région île de France pour SOS Racisme, et directeur du pôle culturel de cette association pendant quatre ans. En 2003, il devient président de l’association Banlieues du Monde et réalise tous les ans une quinzaine de chantiers de solidarité en Afrique. L’été 2005, les projets se poursuivent au Mali, Sénégal, Guinée, Maroc, Tunisie et Indonésie.

Homme de médias, il dirige depuis Mars 2008 une chaîne de télévision diffusée sur la TNT et dénommée « BDM-TV », Banlieues Diversités Médias dont l’emblème est « La France est plus belle en multicolore ! » .

Ibrahim Sorel Keita est chevalier de l’ordre national du mérite.

Un commentaire


  1. // Répondre

    Je viens juste de voir cet ecrit sur mon tres cher frangin…oui tres meritant ce garcon et quel humaniste il est. Travailleur infatigable, fidele en amitie, Sorel joue et a tjrs joue dans la cour des grands et il a tous les atouts.
    Merci et bonne continuation, mon grand Simbo….I SIMBO…I SIMBO….

    Mandjou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *